L’écriture inclusive : parlons faits et science

Lorsque le magazine sceptique Science et Pseudo-sciences (SPS) de l’AFIS a publié dans son 323e numéro un article sur l’écriture inclusive , je m’attendais à un article qui aborderait le sujet sous un angle scientifique et loin des caricatures qui pavent le débat. Dès le sous-titre repompé de France 2 , j’ai déchanté :

Maître Corbe·au·lle sur un arbre perché tenait en son bec un fromage. Maître Renard par l’odeur alléché lui tint à peu près ce langage.

Le ton était donné : on allait encore parler non de l’écriture inclusive telle que mise en avant par les mouvements féministes, mais d’un homme de paille forgé à son encontre. Un regard inquiet à la liste des sources confirmait les craintes : sur 13 sources, pas une seule source scientifique abordant l’impact du genre dans la langue ! Un comble pour un magazine se voulant du scepticisme scientifique ! Ce n’est pas que ces études sont inexistantes : la première a 40 ans.

Penchons-nous donc sérieusement sur le langage et l’écriture inclusives, leurs prétentions réelles, ce qu’en dit la littérature scientifique, et interrogeons-nous sur la validité des critiques à son encontre.

D’abord, c’est quoi l’écriture inclusive ?

Quelques règles simples

Se fondant sur les recommandations du Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes (HCE) , ainsi que sur un Manuel d’écriture inclusive produit par Mots-Clés , l’article de SPS est, sur ce point, plutôt juste. L’objectif est avant tout de ne plus tant invisibiliser la femme dans une langue où le genre mixte et neutre est le masculin. Il s’agit de rappeler, lorsque l’on parle des chercheurs, des avocats, des agriculteurs, des auteurs, … que l’on parle bien d’hommes et de femmes. Pour cela, on distingue trois règles principales :

  1. On féminisera les noms de métiers, les titres, les grades. On parlera donc de « présidentes », de « charpentières », d’« autrices » ou d’« auteures » .
  2. On évitera l’emploi du masculin comme genre mixte ou neutre. On préférera alors soit des termes épicènes, c’est-à-dire non genrés (« une personne », « les membres », …), soit une mention explicite des hommes et des femmes . Dans ce cas, on pourra alors nommer successivement masculin et féminin, pas forcément dans cet ordre ; c’est la double-flexion : « les agriculteurs et agricultrices », « un chercheur ou une chercheuse ». À l’écrit, on pourra sinon contracter ces formes avec, typiquement, un point médian : « les agriculteurs », « un chercheur ». La règle est assez simple : d’abord le terme masculin dans son intégralité, puis, après le point médian, ce qui diffère à la fin du mot féminin . Si le pluriel est marqué par un s au masculin comme au féminin, on le mettra à la fin derrière un point médian pour indiquer qu’il est partagé par les deux formes.
  3. Préférer les termes épicènes aux masculins s’applique aussi à « l’Homme », employé avec sa majuscule de prestige pour désigner toute l’espèce. On préférera ainsi parler de « droits humains » ou de « droits de la personne » .

Déjà, moqueries et déformations pleuvent

Si l’on a le droit dans l’article de l’AFIS à un résumé assez clair de ces règles qui font l’écriture inclusive, il est loin d’être parfait. Des pointes de sarcasme malvenues viennent ridiculiser ces propositions et biaiser le lecteur sans qu’aucun argument ne soit pour l’heure mis en avant . L’autrice demande ainsi si dans le cas d’une double-flexion le féminin doit ou non précéder le masculin . Une attention plus sérieuse portée aux sources qu’elle moque aurait pourtant fourni une réponse claire et attendue : il n’est évidemment pas question de faire une distinction sur le genre, et le Haut conseil à l’égalité préconise donc de préférer l’ordre alphabétique .

Les règles et arguments ont-ils été lus pour être compris, ou juste attaqués quitte à verser dans l’homme de paille ? Car ce n’est pas la seule fois où la critique est en décalage avec le sujet. Ainsi, on trouve en note de bas de page un extrait du Manuel de Mots-Clés soulignant qu’il n’est pas question de renommer la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen, « par souci du respect de l’intégrité de formulations historiquement situées » . Comment expliquer alors l’emploi d’un sous-titre à l’article qui ose réécrire La Fontaine ? Les textes historiques ne sont explicitement pas sujets à de telles transformations. Les personnages de fiction non plus : il n’est pas question d’interdire d’avoir des personnages qui soient des femmes ou des hommes. Reprendre et transformer ainsi un texte de fiction historique, c’est très efficace pour choquer le chaland en menaçant à ses yeux l’Histoire et la culture, mais c’est aussi profondément malhonnête, à moins que cela ne révèle une vision totalement fantasmée du sujet.

De même, lorsque l’on trouve repris du « corbe·au·lle » et du « nouveau·elle·x·s » , on se demande si leurs auteurs ont tenté de comprendre les règles des contractions critiquées : le Manuel de Mots-Clés fournit les exemples « ceux » et « médicaux » , dont on déduit « corbeau » et « nouveaux ». Mais l’excès de points médians et de sections abusives des mots s’inscrit bien dans le récit d’une lourdeur et d’une « confusion qui confine à l’illisibilité » selon l’Académie Française .

Enfin, on s’étonne de voir « prosaïquement » invoquer « il pleut » comme illustration du masculin comme genre neutre, qui ne saurait être « la conséquence d’une victoire du masculin sur le féminin ». C’est plus typiquement l’accord des adjectifs qui est critiquée au nom de ladite victoire. Alors soyons clair : de mémoire, on m’a bien enseigné que « le masculin l’emporte sur le féminin », et je ne l’ai pas pris comme une domination des garçons sur les filles (même si cette règle peut avoir d’autres effets pervers, on le verra plus tard). Par contre, on se gardera de prétendre que cette règle ne porte absolument rien de sexiste jusque dans son Histoire : c’est bien la noblesse prétendue du masculin qui est invoquée par Claude Favre de Vaugelas, repris par Scipion Dupleix, pour la justifier alors qu’elle finit de s’établir au 17e siècle , puis par Maurice Jacquier au 18e siècle repris par J. M. Chatelain au 19e . Louis-Nicolas Bescherelle lui-même y fait écho dans sa Grammaire Nationale de 1854 . Et en 1767, Nicolas Beauzée (traitant du latin) explicitait que la noblesse supérieure du masculin était « à cause de la supériorité du mâle sur la femelle » .

Si la moquerie et de telles caricatures – volontaires ou non – peuvent paraître secondaires, elles méritent néanmoins d’être soulignées et évitées : elles biaisent le débat. Elles offusquent à l’excès ; et par voie d’association, selon le principe de l’empoisonnement du puits, le ridicule permet de disqualifier d’emblée les arguments concurrents sans aborder les faits. Les faits, justement, l’article de SPS s’y penche aussi. Il est donc temps d’aborder le cœur du sujet : l’écriture inclusive a-t-elle une utilité ?

L’impact du langage

Nous ne répondrons pas à cette question selon la formulation biaisée de l’article : « [Le] changement [de la langue] peut-il modifier en profondeur les représentations sociales et les rapports sociaux ? » Pour cause, « en profondeur » y est de trop. Peggy Sastre a beau jeu de nous rappeler que « le langage n’est pas une baguette magique capable de modeler la société à sa guise » , ou l’autrice de l’AFIS que « ce n’est pas en supprimant certains mots du vocabulaire, tels que “mademoiselle” ou “manger”, que la faim n’existera plus ou qu’il n’y aura plus de femmes célibataires ! » , le fait est que personne ou presque ne le prétend (et soit dit en passant, le célibat des femmes n’est pas le sujet de l’opposition à « mademoiselle »). En plus de caricaturer la défense de l’écriture inclusive (on parle d’homme de paille), ce genre de rhétorique agit comme s’il fallait qu’un outil ait à lui seul un impact majeur pour être digne d’intérêt (sophisme du Nirvana), ou comme si l’absence d’effet majeur équivaudrait à l’absence d’effet tout court (faux dilemme).

Nous regarderons donc si oui ou non le langage inclusif peut participer à la réduction des inégalités femmes-hommes, et le ferons en observant quatre décennies de recherches en psychologie et sociologie. Parce que l’article a beau reprendre l’autrice Audrey Jougla qui affirme que « le vrai féminisme c’est de [l]’appeler “auteur” » et prétend que « la parité […] semble n’avoir aucun contre-argument » pour la féminisation des professions , un petit tour sur Google Scholar nous montre rapidement que rien n’est moins vrai.

L’hypothèse Sapir-Whorf

La voie la plus directe selon laquelle le langage inclusif serait effectif relève de l’hypothèse Sapir-Whorf. Dans sa version la plus basique et extrême, il s’agit de supposer que la pensée de l’individu est profondément limitée par sa capacité à la verbaliser, et donc par son langage. C’est le principe de la Novlangue orwelienne qui empêcherait au peuple de penser sa révolution . C’est le déterminisme linguistique pourfendu par Peggy Sastre . L’hypothèse est peu convaincante, ne serait-ce que parce que l’on peut peiner à trouver ses mots pour exprimer une pensée que l’on aura donc produite sans eux . Toutefois, lorsque Peggy Sastre se contente de balayer le déterminisme linguistique d’un revers de la main, elle commet une cruciale omission : l’hypothèse Sapir-Whorf existe aussi sous une forme mesurée, selon laquelle le langage influencerait la pensée et la cognition .

Alors que l’article invoque le psychologue évolutionniste Steven Pinker pour nier une « influence notoire » du langage sur la pensée , Pinker lui-même ne prétend pas une absence d’impact, reconnaissant des effets attendus sur des tâches de catégorisation et la mémorisation . Il affirme certes qu’il n’existe « aucune preuve scientifique » d’une « influence notoire », mais son propos mérite d’être mis-à-jour : l’ouvrage cité a 28 ans ! Entre temps, on a par exemple démontré que les russophones (qui différencient bleu clair et bleu sombre dans leur langue) distinguent les variations de couleurs autours de cette frontière langagière plus vite que les anglophones . Mieux : le rôle du langage dans ce phénomène est confirmé par le fait que ce phénomène disparaît lorsque l’on réalise en même temps une autre tâche faisant appel au langage , et existe dans le champ visuel droit uniquement .

Et sur la question du genre dans la langue ? Eh bien on a aussi des résultats ! L’emploi d’un langage qui différencie grammaticalement les hommes et les femmes (comme l’anglais mais pas le chinois) accélère le traitement des questions liées au genre des individus . La perception du caractère féminin ou masculin d’objets (plus précisément la voix qu’on leur donnerait) est affecté par leur genre grammatical, même lorsque l’on travaille uniquement à partir d’images . D’ailleurs, lorsque l’on demande à des individus hispanophones ou germanophones de juger la similarité entre un objet et une personne, le score obtenu est en moyenne plus élevé lorsque le genre de la personne est le même que le genre grammatical de l’objet dans la langue de l’individu testé (p < .002) … alors même que l’expérience est réalisée en anglais où les objets n’ont pas de genre  ! Toujours en anglais chez des non-anglophones de naissance, lorsque l’on demande d’associer à des concepts ou objets trois adjectifs, les adjectifs les plus attribués à des individus masculins plutôt que féminins sont aussi plus fréquemment attribués à des concepts ou objets masculins plutôt que féminins dans la langue originale des personnes testées . Peut-être parce que l’on utiliserait plus certains genres pour certains sujets (le féminin pour le naturel, le masculin pour le mécanique…) ? Impossible : ces deux dernières études se concentrent sur des cas où les genres des mots diffèrent d’une langue à l’autre.

Et il se pourrait bien que penser dans un langage où le genre est plus omniprésent comme le français ou l’espagnol comparé à l’anglais nous rende un peu plus sexiste : Wasserman et Wesely ont fait lire à des élèves New Yorkais à haut niveau en espagnol ou français un passage d’Harry Potter et le Prince de Sang-Mêlé en anglais, espagnol ou français afin de les faire penser dans ladite langue, avant de les soumettre à un test, dans la même langue, mesurant le sexisme. (Notons néanmoins que le français était de particulièrement mauvaise qualité.) Résultat : des scores significativement plus élevés en français et en espagnol. Plus précisément, on ne trouve pas d’effet significatif chez les hommes, mais un effet significatif chez les femmes (p < .001). Reproduite sur des élèves bilingues, l’expérience n’a néanmoins pas tout à fait atteint la barre du significatif, possiblement à cause d’un nombre de participants plus faibles, possiblement aussi parce que travailler dans une langue non-natale augmenterait l’attention que l’on lui porte et son impact sur sa pensée .

Au-delà de l’hypothèse Sapir-Whorf

Alors, dans la pratique, le monde qui nous entoure montre-t-il des effets du genre dans la langue ? Pour regarder ça, on doit distinguer trois types de langues :

  • Les langues agenres, où le genre n’existe pas dans la grammaire et où seul des noms et adjectifs spécifiques permettent de spécifier le genre des personnes. C’est le cas du finnois, du turc, du chinois…
  • Les langues naturellement genrées, où le genre n’a pas d’existence grammaticale sinon via les pronoms personnels pour les individus : les adjectifs ne s’accordent pas et la plupart des noms de professions sont épicènes. C’est le cas de l’anglais, typiquement.
  • Les langues grammaticalement genrées, où le genre existe comme catégorie grammaticale : les adjectifs s’accordent, le genre est omniprésent. C’est le cas du français, de l’espagnol, de l’allemand…

Une étude s’est penchée sur le lien éventuel entre le Global Gender Gap des pays et les types de langues qui y sont parlées. L’analyse est évidemment multivariée : elle prend en compte les traditions religieuses, les types de gouvernements, la position géographique, et l’indice de développement humain (human development index, HDI) . Résultat, l’étude trouve bien une corrélation fortement significative (p < .001) entre le type de genre dans la langue et le GGG : les langues grammaticalement genrées sont associées à de moins bon résultats que les langues agenres, elles-mêmes associées à de moins bons résultats que les langues à genre naturel . Si ces résultats peuvent sembler inconsistants, ils s’expliquent en fait bien : en l’absence d’indications de genre (avec un langage genré), non seulement on pourra avoir tendance à penser plutôt à des hommes qu’à des femmes (on va en parler), mais en plus il est plus difficile de mettre l’accent sur la présence des femmes. « Il ou elle » n’est pas possible, et l’éventuelle invisibilité des femmes est ainsi renforcée .

Or la visibilité des femmes, bien plus que l’hypothèse Sapir-Whorf, est au cœur des motivations pour un langage inclusif. L’Académie Française peut bien prétendre que l’« on voit mal quel est l’objectif poursuivi et comment », c’est pourtant assez explicite . Et alors que certains répéteront encore et encore que le masculin est aussi neutre et mixte en français, Mots-Clés souligne dans son Manuel que dans les faits, la perception du masculin n’est pas du tout si équilibrée . Aux a priori, préférons encore une fois la littérature scientifique.

L’illusion du neutre

On est samedi après-midi. Un père conduit son fils à un anniversaire. Alors qu’il consulte son téléphone, il manque de percuter un animal et emboutit la voiture contre un arbre. Le père meurt sur le coup, le fils est gravement blessé et amené aux urgences. Là, le médecin censé l’opérer réagit : « Je ne peux pas opérer cet enfant, c’est mon fils. »

Peut-être le contexte vous aura aidé à résoudre cette énigme : le médecin est une femme. L’énigme est assez efficace pour bénéficier d’une certaine notoriété, vous l’avez possiblement déjà entendue. Elle date un peu, et aujourd’hui il ne serait pas surprenant de trouver des gens qui penseront plutôt à un second père qu’à une mère. Compte tenu du succès de cette énigme, peut-on vraiment croire que l’absence de féminisation de « médecin » n’invisibilise pas la femme ? Qu’il n’y a pas de tendance à oublier les femmes dans de tels postes ? Que le manque de féminisation empêche de rappeler que ces femmes existent ? Et gardons-nous de croire que c’est un effet pervers du français, qui tend à quasi-systématiquement différencier les hommes des femmes dans son vocabulaire : l’énigme existe aussi en anglais . Avec les termes épicènes, on demeure en proie aux stéréotypes de genre déjà établis.

Le phénomène est connu. Il a été mis en évidence en anglais dès 1978. En anglais, he (il) peut tout à fait être utilisé comme genre générique, pour évoquer un individu typique masculin ou féminin. On peut aussi employer they au singulier : ce pronom généralement pluriel permet de s’absoudre de tout lien avec le masculin ou le féminin grammatical. On a demandé à des étudiants et étudiantes d’écrire une histoire avec un personnage fictif, et illustrant une phrase clairement générale employant les pronoms personnels associés à he, they, ou he or she. Résultat : plus de représentations féminines lorsqu’on emploie they plutôt que he, et encore plus avec he or she (qui invoque plus explicitement la femme) .

L’expérience a été répliquée avec d’autres étudiants d’université ainsi qu’avec des enfants, aboutissant à des résultats similaires, mais nettement plus marqués chez les enfants .

Encore une fois en 1989

Et encore en 1990, où l’on remarque de surcroît que they produit plus d’images non genrées, et que he/she favorise plus le genre du lecteur ou de la lectrice .

Toutes ces études impliquaient d’imaginer une personne. Peut-être ces gens qui ont pensé à un homme envisageaient aussi l’éventualité d’une femme ? Et puis, tout cela était en anglais… Pour compléter cela, intéressons-nous à une autre série d’études. Le principe est de faire lire aux sujets une paire de phrases : la première mentionne un groupe potentiellement mixte d’individus (« Les assistants sociaux marchaient dans la rue. »), et la seconde mentionne des hommes ou des femmes dudit groupe (« Plusieurs femmes n’avaient pas de veste. »). On demande alors si l’appariement est correct . Si le sujet n’a imaginé que des hommes à la première phrase, il aura un plus grand risque de rejeter à tort la mention de femmes. L’expérience est réalisée en anglais (où le problème du masculin pluriel ne se pose pas), en français et en allemand (où comme en français, le pluriel mixte est un masculin). En anglais, on observe un effet significatif des stéréotypes de genre dans les erreurs commises . Ce n’est en revanche pas le cas en français comme en allemand , où par contre, effectivement, la mention de femmes dans la seconde phrase génère significativement plus d’erreurs.

Ces résultats tendent à confirmer un biais masculin dans la compréhension du masculin pluriel en français et allemand : sa perception ne serait pas si mixte que ça. L’étude souffre néanmoins d’un défaut susceptible d’expliquer autrement ces résultats : certaines formulations comme « certaines des femmes » pourraient être perçues comme impliquant que le groupe ne serait constitué que de femmes. Une réplication de l’étude (aboutissant par ailleurs aux mêmes résultats ) a donc ajouté des questions permettant de mesurer de telles incompréhensions. Selon les auteurs, il n’y aurait bien aucun impact disqualifiant sur les résultats . Toutefois, les détails manquent et les critères semblent laxistes (50% de réponses justes à ces nouvelles questions est jugé suffisant). De plus, ce test survient à la suite de l’expérience principale . Cela permet certes de ne pas impacter cette dernière, mais il est possible que des sujets comprennent leur erreur face aux phrases dudit test, ce qui influerait sur la mesure de l’impact de ladite erreur.

Un autre élément est par contre apporté : on ajoute à la première phrase une référence au groupe via le pronom ils en français, they en anglais, sie en allemand. Sie s’avère correspondre à ils/elles, mais aussi à elle ; et sa présence semble avoir réduit le biais masculin précédemment observé pour l’allemand .

VO/VF

It is clear that the way the sexes are represented in language affects their visibility. From a psychological point of view this implies that gender stereotypes can be strengthened or reduced by the use of sexist versus gender-fair language.

Il est clair que la manière dont les sexes sont présentés dans la langue affecte leur visibilité. D’un point du vue psychologique, cela implique que les stéréotypes de genre peuvent être renforcés ou réduits par l’usage d’un langage sexiste ou d’un langage équitable quant aux genres.

Dans l’ensemble, ces résultats semblent bien montrer que le masculin comme genre neutre n’est dans la pratique pas perçu comme si mixte que ça, et que dans une société où les stéréotypes de genre perdurent, même les termes épicènes communs génèrent des perceptions pas si équitables. Il existe néanmoins des actions effectives : on peut déjà mentionner « il ou elle »… mais pour un phrasé plus court sans pour autant aller jusqu’à l’usage de points médians, on peut se tourner vers la Suède.

Le suédois est, comme l’anglais, naturellement genré. Récemment, il s’est doté d’un troisième genre pour les individus : à han et hon (pour il et elle) s’est ajouté hen. Il est un pronom mixte pouvant désigner un homme comme une femme, en utilisant un seul mot ; et il est de plus adapté aux personnes non-binaires. Une étude a été menée auprès de passants pour voir s’il générerait des perceptions plus mixte que l’emploi unique de termes épicènes communs : ce fut le cas. Certes le ratio hommes/femmes parmi les compréhensions était globalement le même, mais le nombre de fois où aucun genre n’était attribué au personnage était considérablement plus élevé (en gros une fois sur deux) .

Des équivalents de hen sont déjà utilisés par certains et certaines en français pour marquer la mixité : iel (il/elle), iels (ils/elles), celleux (celles/ceux)…

Quand les femmes sont visibles

Nous avons vu qu’au-delà de l’hypothèse Sapir-Whorf, ne pas se contenter du masculin comme genre mixte et englobant permettait une meilleure visibilité de la femme – visibilité pouvant participer à réduire les stéréotypes de genres. Mais ce n’est pas tout : impliquer explicitement les femmes a inévitablement un effet, soulignant qu’elles sont aussi concernées.

En 1983, une expérience a interrogé des étudiants et étudiantes en licence quant à l’attractivité d’une carrière en psychologie pour les femmes, après leur avoir fait lire un paragraphe sur les standards d’éthique dans la profession. Lorsque he or she (il ou elle) ou she or he (elle ou il) était utilisé plutôt qu’un simple he, le métier apparaissait comme significativement plus attractif pour les femmes (aux yeux des femmes et des hommes) .

En 1984, le métier fictif de « wudgemaker » a été présenté à des enfants anglophones en employant le pronom he (il), she (elle), they (neutre) ou he or she (il ou elle). Résultat : le jugement de la performance attendue des femmes dans la profession était très nettement impacté lorsque l’on se contentait de he .

En français, en 2005, lorsque des métiers étaient présentés à des enfants en mentionnant explicitement les deux genres, les effets des stéréotypes de genre quand les enfants estimaient s’ils pourraient faire tels ou tels métiers étaient significativement réduits .

En somme :

VO/VF

Where generics affect women’s interest in a profession, their willingness to apply for a certain post, or the professional competence ascribed to women, language may become an important factor for the development of women’s professional plans and careers.

Quand les termes génériques affectent l’intérêt des femmes pour une profession, leur volonté à candidater pour un certain poste, ou la compétence professionnelle attribuée aux femmes, la langue peut devenir un facteur important dans le développement des plans et carrières professionnels des femmes.

Quand on se réfère à Audrey Jougla qui refuse la féminisation du mot « auteur », a-t-on raison de se focaliser sur les autrices accomplies au détriment de toutes celles qui pourraient rêver d’en devenir ?

D’ailleurs, il est temps d’aborder l’argument de Jougla repris dans l’article de l’AFIS (qui se garde bien d’évoquer la réponse déjà donnée par Mots-Clés dans son Manuel  : la féminisation du nom du métier serait une « faiblesse avouée », « comme si la nécessité de la féminisation soulignait l’impuissance d’un corps de métier à être l’équivalent masculin ». La féminisation impliquerait que « la cause féminine ne se juge pas à la hauteur de son équivalent masculin » . … Mais c’est justement tout le contraire ! L’infériorité supposée d’autrice n’existe qu’en considérant d’abord une infériorité de la femme, ou du moins du féminin – un postulat dont il est question de se débarrasser au 21e siècle. À cet égard, on pourra par exemple se tourner vers les explications de Bescherelle, justifiant l’emploi des noms masculins pour les femmes : de même que l’on qualifie un guerrier couard de femme, le féminin est pour l’ironie et le ridicule, tandis que « la masculinité annonce toujours une idée grande et noble » . Ainsi, si l’on veut valoriser la femme, il conviendrait de parler au masculin, et faudrait donc dire que « Marie-Thérèse était un grand ROI » .

Refuser ainsi aujourd’hui la féminisation d’auteur, c’est considérer qu’une femme, pour être une autrice valide, devrait devenir auteur : elle devrait littéralement s’extirper de sa condition de femme, la dépasser.

Avant de clore sur les utilités d’un langage plus inclusif, il existe un dernier intérêt qu’il semble pertinent de mentionner, sachant toutefois qu’il s’agit d’une expérience partagée et non plus de données scientifiquement établies. Il concerne cette fois la personne qui s’exprime et non son destinataire : lorsque l’on s’attèle à redonner aux femmes leur place dans le langage, a fortiori lorsque cela compte, on tend effectivement à réfléchir plus à leur place dans le monde, à penser à l’humain plutôt qu’à l’homme. Les phrases sont des occasions d’interroger nos stéréotypes de genre. Cette gymnastique de pensée aurait peut-être évité à l’autrice de l’AFIS d’écrire comme si seules des femmes utilisaient l’écriture inclusive .

Changer la langue : voué à l’échec ?

Ainsi donc, lorsque l’article de l’AFIS demande : « Prétendre que l’écriture inclusive peut faire progresser les mentalités et avancer l’égalité entre les hommes et les femmes, n’est-ce pas inverser le lien généalogique entre le langage et les représentations socio-culturelles ? », c’est un faux dilemme. Au même titre que les individus font le social et le social influe sur les individus, il existe une certaine bilatéralité dans la relation entre la langue et le socio-culturel. En aucun cas souligner l’existence d’un sens dans cette relation ne permet de nier l’autre sens.

Néanmoins, il est vrai que l’usage fait la langue, et ce n’est pas sans implication sur le sujet qui nous intéresse.

L’usage fait la langue

Cela implique effectivement, comme le dit François Revel, que « lʹÉtat n’a aucune légitimité pour décider du vocabulaire et de la grammaire » . Mais en même temps, ses décisions législatives sur le sujet concernent plutôt les textes que lui-même produit . Passons-nous donc de prétendre à un « abus de pouvoir quand il utilise l’école publique pour imposer ses oukases langagiers à toute une jeunesse » , alors qu’il n’est pas derrière le manuel scolaire ayant fait l’actualité parce que rédigé en usant des points médians, et a même au contraire interdit l’utilisation de cette graphie dans son Journal Officiel .

Notons aussi qu’au même titre que l’État ne décide pas de la langue, l’Académie Française non plus. S’appuyer sur le fait que d’un point de vue sociologique et linguistique, l’usage fait la langue, c’est difficilement compatible avec la prétention qu’une pratique langagière pourrait représenter un « péril mortel » pour la langue : soit elle se démocratise et devient partie intégrante du langage, soit elle disparaît.

À lire l’article de SPS, une transformation du langage serait indue : « Le langage est un outil d’encodage, de description et de retranscription d’un réel qui lui préexiste. Depuis des siècles, le langage effectue ce travail. » Mais n’oublions pas que plutôt qu’une description neutre du réel, la langue est une pratique inscrite dans le contexte socioculturel de son époque. Nous en avons déjà vu un exemple : la masculinisation des titres se justifiait par un postulat d’infériorité du féminin, dont il est aujourd’hui question de se débarrasser.

Quand l’article demande s’il n’y pas « de l’arbitraire » à rejeter les termes « nom de jeune fille », « nom patronymique », « chef de famille » et « mademoiselle » , il semble justement oublier d’interroger les évolutions sociales : les deux premiers termes ne correspondent plus à la situation (l’homme peut prendre le nom de sa femme, une femme peut garder son nom au-delà de son statut de « jeune fille », l’enfant peut porter le nom de la mère) ; le troisième non plus en plus de porter l’idée d’un contrôle de l’homme sur l’ensemble de la famille ; quant au dernier, il marque l’importance supposée du statut marital de la femme, historiquement notamment pour savoir si elle est sous la responsabilité de son père ou de son mari.

Quant à aller jusqu’à parler de « censure » … Où serait-elle ? En quoi le rejet de ces termes datés empêcherait-il de communiquer une quelconque idée ?

Mais quoi qu’il en soit, à en croire l’article de SPS : « Il semble[rait] bien que l’échec de l’écriture inclusive est assuré. » Selon Peggy Sastre : « Ça ne marchera jamais. » … Vraiment ?

Acceptation

Nous avons évoqué hen : ce pronom entre il et elle qui est récemment venu enrichir la langue suédoise. Il est pertinent de se pencher sur cet exemple de l’Histoire récente, qui contient de forts échos à la situation francophone.

Si l’on trouve des traces du pronom dès 1966, et s’il est suggéré par le linguiste Hans Karlgreen en 1994, il est néanmoins resté globalement dans l’ombre jusqu’en 2012 . Mais au début de cette année-là, hen est employé dans un livre pour enfant , et le débat explose en Suède. Pendant toute la première moitié de l’année, hen est surtout présent dans les médias pour parler de hen . Le rejet original est vif (c’est attendu, on a une aversion au changement ), et le Conseil de la langue suédoise (Språkrådet) recommande de ne pas utiliser ce pronom . Pendant la seconde moitié de l’année 2012 et l’année suivante, hen commence à être de plus en plus utilisé dans les médias pour parler d’autres choses, tout en restant relativement marginal . En 2013, le Språkrådet revient sur sa recommandation et exprime que hen peut être utilisé, mais avec précaution . En 2014 est annoncé que hen serait inclus dans la prochaine édition du Glossaire de l’Académie Suédoise (Svenska Akademiens ordlista) . Le pronom peut être utilisé dans les publications officielles, même si son usage reste rare .

Afin de préciser les rapports des suédois au pronom hen, des passants et des étudiants ont été interrogés au cours des années 2012 à 2015. On a observé des attitudes significativement plus positives dans le temps (p < .001), avec une augmentation des attitudes très positives à son égard, et une diminution significative des attitudes très négatives à son égard .

Les tendances à utiliser hen ont aussi significativement augmenté .

Ces résultats concernent des étudiants et des citadins. Ils ne sont pas représentatifs de l’ensemble de la société suédoise. Néanmoins, ils démontrent un changement relativement rapide des attitudes à l’égard de hen.

VO/VF

We conclude that new words challenging the binary gender system evoke hostile and negative reactions, but also that attitudes can normalize rather quickly.

Nous concluons que de nouveaux mots remettant en cause le système de genres binaire produit des réactions hostiles et négatives, mais aussi que les attitudes peuvent se normaliser plutôt rapidement.

Évidemment, rien n’indique que le cas suédois se transpose au cas francophone : si hen est comparable à iel, l’emploi de points médians par exemple génère des transformations autrement plus profondes et complexes. Mais une chose est claire : les gens changent de point de vue sur de telles pratiques, a fortiori quand elles semblent devenir « normales ». Et cette norme au sens social est fortement influencée par ce que l’on appelle les vecteurs de normes : les médias, les institutions, etc.

Par ailleurs, une étude réalisée en allemand a montré en 2014 qu’après la lecture d’un texte utilisant un langage inclusif (via des termes épicènes et/ou la mention explicite du féminin), ses participantes tendaient aussi à employer un langage plus inclusif .

Mais, quelle situation en France ? On a à cet égard peu de données. L’article de l’AFIS a raison de souligner que le sondage qui a été mis en avant en 2017 pour affirmer que 75% des français et françaises seraient favorables à l’écriture inclusive ne montre en ce sens rien de pertinent, puisque la vaste majorité des répondants ne savait pas ce que c’était . On se gardera par contre de déduire au contraire dudit sondage que les gens qui savent ce qu’est l’écriture inclusive y seraient plus opposés : savoir et affirmer savoir sont deux choses bien différentes. Les militants antivax affirment généralement bien connaître leur sujet. Et vues les caricatures à la « maître corbe·au·lle » qui ont fleuri dans les grands médias nationaux , l’auto-évaluation des participants au sondage quant à leur maîtrise du sujet n’a rien de fiable.

Pour l’heure, seul l’avenir nous dira si l’écriture inclusive finira par s’établir, et il paraît fort prématuré d’affirmer son échec annoncé. L’exemple suédois paraît plutôt positif quant à des pronoms simples comme iels (qui déjà permettent d’expliciter la présence de la femme), et le linguiste Romain Filstroff (a.k.a. Monté de la chaîne Linguisticae) souligne que déjà :

L’écriture inclusive s’est imposée un peu partout, et surtout là où on trouve des vecteurs de norme : chez les journalistes, les communicants, les professeurs, les administrations, les politiques, et bien évidemment les militants.

La praticité, un mur en carton

La praticité, ou plutôt le manque de praticité de l’écriture inclusive est un argument régulièrement mis en avant : le point médian serait laborieux à taper (pour peu qu’on sache le taper), et d’ailleurs il serait régulièrement remplacé par un point standard . Mais cet argument tient difficilement lorsque l’on considère l’ensemble de la typographie francophone. Tentez d’écrire, hors d’un logiciel de traitement de texte, « Étonné, il jubile : « Ça marche ! » » tout en respectant les règles de typographie ; sous Windows, vous aurez besoin d’employer les raccourcis Alt+174 et Alt+175 pour les chevrons, Alt+255 pour les espaces insécables (après « et avant :, » et !), Alt+144 pour É. Résultat, sur internet, on tend à remplacer les chevrons par des guillemets droits, les points de suspension par une succession de trois points distincts… et on omet les accents et les cédilles aux lettres capitales. Quand les points médians sont remplacés par des points bas par simplicité ou parce que leur code (Alt+250) n’est pas connu, ils ne représentent pas un cas unique.

Il est aussi à remarquer que cette limitation est d’ordre technique, et dépend uniquement d’outils qui peuvent aisément évoluer. Les logiciels de traitement de texte insèrent les espaces insécables avant les ponctuations concernées et produisent automatiquement des chevrons ou des points de suspension. Il peut très bien en être de même pour le point médian : il est aisé d’identifier des points utilisés dans cette situation (et non comme ponctuation ou dans une URL). Pour preuve, un tel outil existe déjà pour WordPress, je l’ai moi-même programmé.

Et le point médian pourrait bientôt rejoindre les claviers français, puisque l’AFNOR a annoncé son inclusion dans sa prochaine norme pour les clavier AZERTY .

L’écrit, esclave de l’oral ?

Autre argument contre l’écriture inclusive, un des plus communs, la distance induite entre l’oral et l’écrit . Cet argument en comprend en fait deux : d’une part l’accroissement potentiel des difficultés de lecture (que nous aborderons juste après), d’autre part un reproche selon lequel l’écriture inclusive « désunirait » langue orale et langue écrite, ce qui serait supposément inacceptable.

Le problème de ce second argument, c’est que l’écrit n’est déjà pas tant assujetti à l’oral. Certes, il consiste majoritairement à encoder la langue parlée, mais il s’enrichit aussi de ce que permet le support écrit. Les notes de bas de page, par exemple, permettent des apartés souvent bien moins confondantes qu’à l’oral, et de surcroît optionnelles, selon le jugé du lecteur ou de la lectrice. Les références bibliographiques permettent de sourcer ses propos tout en élaguant l’argumentaire dans sa formulation. Les « […] » indiquent des sauts dans les citations que l’on ne peut traduire à l’oral sans une certaine gymnastique langagière pour reformuler la chose.

L’usage de point médian est loin d’avoir une telle portée : il n’est qu’un raccourci, l’encodage compact d’un signifié. Au même titre que les « etc. », « Mme », « M. », « ndlr »… dont on ne s’offusque pas. « Les artisans » signifie et se lit « les artisans et artisanes » et non pas « artisan - gn - eu - esse » (n’en déplaise à Raphaël Enthoven ), au même titre que « Mme » ne se lit pas « mmmeuh ». Évitons la mauvaise foi : la règle est relativement simple à appliquer.

On remarquera même que certains cas peuvent être lu plus directement : sur sa chaîne Youtube, Licarion nous parle d’« acteurices » , de manière tout à fait fluide et plutôt transparente.

Il faut par ailleurs noter que l’utilisation du point médian dans l’écriture inclusive n’a en fait pas grand-chose d’innovant pour la langue française contemporaine. Elle ne fait que remplacer la mise entre parenthèse des terminaisons féminines, déjà régulièrement employée dans divers domaines de communication tels que le marché du travail. Pourquoi alors ne pas se contenter des parenthèses ? En quelque sorte parce qu’« elle[s] revien[nent] à mettre le féminin entre parenthèses » comme le souligne l’article de l’AFIS . Mais le raisonnement ici ne relève pas du jeu de mot ridicule sur « parenthèses » : la parenthèse est employée en pratique en français pour marquer ce qui est optionnel ou secondaire .

« Mais c’est lourd ! »

Au sujet de la lourdeur, remarquons déjà que la plupart des textes ne seront que relativement peu changés : pour que l’écriture inclusive soient pertinente, il faut déjà parler de groupes mixtes ou d’exemples généraux. En pratique, dans les 6 pages de 3000 et quelques mots qui constituent l’article de l’AFIS, seules 5 corrections seraient à opérer, 8 en incluant les citations. N’oublions pas non plus que les points médians n’ont rien d’obligatoires, et l’article emploie déjà une double flexion (mention explicite des deux genres).

Quant au cas où l’on use des points médians, c’est indéniable, si cette abréviation est dans son concept relativement simple à décoder, elle est néanmoins un peu plus complexe qu’un simple « Mme = madame ». Mais à quel point la lourdeur et les difficultés affirmées par certains ne relève-t-elle pas d’un refus d’essayer, latent ou prépondérant ? Après tout, il apparaît en suédois que ceux qui s’avèrent le plus gêné par l’usage de hen dans la mémorisation d’informations lues sont aussi ceux révélant un sexisme plus élevé dans les tests réalisés .

Bien sûr, hen est plus simple que les abréviations à base de points médians. Néanmoins, une étude s’est penchée sur la lourdeur supposée induite par la graphie francophone : les ralentissements liés à l’abréviation ou à l’emploi de la double flexion n’étaient observés qu’à leur première occurrence, et les sujets qui y ont été soumis n’ont pas trouvé le texte significativement plus lourd que ceux soumis à des textes employant seulement les termes masculins .

Pour comprendre, il faut se rappeler que la lecture s’opère selon deux mécanismes possibles : la voie par assemblage, fonction essentiellement auditivoverbale consistant à décoder la phonologie du mot, et la voie par adressage, essentiellement visuelle, qui permet l’identification rapide des mots selon des caractéristiques telles que sa longueur et ses première et dernière lettres. C’est ce qui nous permet de lire sans grande peine des textes dans lesquels les lettres ont été interverties. Le normo-lecteur (i. le lecteur standard ayant automatisé ces modes de lecture) repose essentiellement sur la voie par adressage et n’emploie la voie par assemblage que pour les mots qu’il n’a pas intégrés . C’est ce fonctionnement qui nous permet d’assez rapidement nous habituer à la lecture des abréviations inclusives : les mots ne sont pas convertis en un équivalent oral redécoupant « les acteurs et les actrices » ; le point médian ajoute le concept « hommes et femmes » au concept associé à la première partie de l’abréviation.

Cependant, un point demeure : l’étude susmentionnée a été réalisée chez des étudiants habitués à la lecture, et tout le monde n’est pas normo-lecteur et apte à intégrer cette nouvelle graphie à une lecture aisée. Pour certains, elle ajoute ainsi une surcouche à un décodage de l’écrit déjà laborieux. Il est donc temps d’aborder ce point – en allant, nous, un peu plus loin que le blog d’Un Odieux Connard.

Quand l’écriture inclusive exclut

L’illettrisme, une réalité souvent oubliée

2 500 000 personnes (3 100 000 en 2004), soit 7% (9% en 2004) de la population âgée de 18 à 65 ans résidant en France métropolitaine et ayant été scolarisée en France, est en situation d’illettrisme.

Et selon l’INSEE, 15% des 18-65 ans de France métropolitaine ont des difficultés à la compréhension de textes simples (9% « fortes » et 5% « grave ») [INSEE]. Pour la Suisse francophone, en 2012, 12,2% des jeunes de 15 ans avaient un niveau faible avec lequel, selon l’OCDE, il est difficile de suivre une scolarité harmonieuse [PISACH]. Pour la Belgique francophone, ce même chiffre était de 22,6% en 2015 [PISABE].

Pour ces personnes, l’emploi du point médian peut se traduire par un laborieux décodage. Cela signifie-t-il qu’il faut bannir le point médian ? Pas forcément… mais il convient de réfléchir à qui est susceptible de vouloir nous lire, et de le prendre en compte. À un bout du spectre, les fiches d’impôts, les offres de banques et d’assurances, les informations de santé publique doivent chercher à être comprises par tous ; à l’autre, il est peu probable qu’un article comme celui-ci soit concerné. Le point médian peut ainsi s’utiliser, mais selon les besoins et avec parcimonie, comme le soulignent d’ailleurs divers défenseurs du langage inclusif .

À noter que la prise en compte des difficultés de lecture va au-delà de l’évitement des points médians : il s’agit de pratiquer un « langage clair », impliquant notamment une restructuration des phrases (plus courtes et directes) et une simplification du vocabulaire . Et ne nions pas l’ironie de voir la cause de l’illettrisme invoquée par ceux-là même qui s’offusquent par ailleurs des simplifications de l’orthographe et de la grammaire.

La dyslexie, sujet complexe

Tandis que la vice-présidente de la Fédération nationale des orthophonistes et la présidente de l’Association nationale des associations de parents d’enfants dyslexiques affirment que le point médian complexifie significativement la lecture pour les personnes dyslexiques , la présidente de la Fédération française des Dys dément . Le fait est que les données à ce sujet manquent .

Mais diverses remarques peuvent être faites. Tout d’abord, il existe différents types de troubles dyslexiques. 60 à 70% des enfants dyslexiques sont concernés par la dyslexie phonologique, qui touche la voie par assemblage de la lecture. C’est le décodage graphème-phonème (de l’écrit à l’oral) qui pèche, et l’on se repose alors plutôt sur l’identification visuelle des mots via la voie par adressage. Les remarques faites plus haut à ce sujet s’appliqueraient donc : on peut s’attendre à une habituation aux abréviations inclusives, malgré par contre des premiers décodages potentiellement plus laborieux .

Environ 12% des enfants dyslexiques sont eux sujets à une dyslexie de surface, qui au contraire atteint la voie par adressage, soit la reconnaissance visuelle des mots. Le décodage phonétique est alors quasi-systématique . Peut-être est-il possible d’apprendre que le point médian indique l’inclusivité femmes-hommes, et que le décodage peut cesser dès sa première occurrence ?

La dyslexie visuo-attentionnelle est plus rare, mais est susceptible de poser au sujet du point médian un problème de taille : elle touche la reconnaissance des caractères (notamment ceux qui se ressemblent), génère des inversions dans les syllabes complexes…

Surtout, on trouve dans les dyslexies des tendances, pas des règles absolues : elles varient au cas par cas. Une police d’écriture pourra aider considérablement une personne, et rendre la lecture particulièrement fastidieuse à une autre. On trouvera des individus pour lesquels le point médian pose un réel problème.

Toutefois, il n’y a pas de fatalité, au moins pour un format aussi flexible que le numérique : on peut donner aux personnes dyslexiques les moyens de transformer les textes selon leurs besoins personnels. J’ai développé pour cela une extension pour Chrome et Firefox. Pour l’heure, les abréviations inclusives sont identifiées et les points utilisés (médians ou non) peuvent être remplacés par un autre caractère et/ou colorés (pour éviter par exemple les confusions avec les ponctuations). Et avec un peu de travail, on pourrait remplacer automatiquement « lecteurs » par « lecteurs / lectrices ».

Le handicap visuel, une question d’outil (encore)

Reprenant Un Odieux Connard, l’article de SPS fait du handicap visuel l’ultime argument contre l’écriture inclusive . La Fédération des aveugles et amblyopes de France reproche en effet : « Pour nous personnes aveugles, cette soi-disant langue inclusive est proprement indéchiffrable par nos lecteurs d’écrans. »

Néanmoins, il s’agit là d’une limitation logicielle aisément contournable. Comme le souligne Boris Schapira, il existe dans le langage HTML une balise, aria-hidden, permettant d’indiquer aux lecteurs d’écrans comme ChromeVox qu’un bout de texte doit être ignoré. Ainsi, les abréviations inclusives peuvent être rendues invisibles, « lecteurs » étant lu comme « lecteurs » . Vous rappelez-vous de mon extension pour WordPress ? C’est son but premier : les utilisateurs de lecteurs analysant les contenus HTML comme ChromeVox ne seront pas gênés par l’écriture inclusive sur ce blog.

Évidemment, cela ne fonctionne pas sur Facebook ou Twitter, ou avec des lecteurs d’écran n’analysant pas le contenu HTML comme KMS. Mais la preuve est faite : il ne suffit que d’une ou deux (longues) lignes pour que ces outils puissent eux-mêmes gérer l’écriture inclusive.

Conclusion

La médiatisation du débat sur l’écriture inclusive a été minée de caricatures et la science en a été la grande absente, et ce jusque dans les pages du magazine de l’AFIS Science et Pseudo-sciences. Pourtant, la littérature scientifique apporte des éléments pertinents : oui, un langage inclusif a un impact et peut permettre notamment de réduire le rôle des stéréotypes de genre dans les aspirations professionnelles des uns et des autres ; non, le masculin n’est pas si neutre dans sa pratique.

Cela veut-il dire qu’une expression inclusive est utile pour l’égalité homme/femme ? Oui. Qu’elle doit être systématisée, appliquée partout ? Probablement pas, mais là où ça compte, en faisant attention aux potentiels dommages collatéraux sur, notamment, les personnes présentant des difficultés de lecture.

La pratique va-t-elle se pérenniser ou est-elle d’emblée condamnée ? L’avenir nous le dira, mais il est fort possible qu’il en restera au moins quelque chose. La pratique et sa défense pourraient d’ailleurs encore évoluer, par exemple en mettant l’accent sur des transformations moins impactantes telles que le pronom iel.

Quoi qu’il en soit, encore une fois, ne laissons pas nos simples a priori dicter nos jugements et nos actes.

Sources
[1] “Êtes-vous prêts pour l’écriture « inclusive » ?”, Brigitte Axelrad, Science et Pseudo-sciences n°323, janvier/mars 2018
[2] “Écriture inclusive : des manuels scolaires tentent l’expérience”, France 2, 27 septembre 2017
[3] Pour une communication publique sans stéréotype de sexe, guide pratique, Haut Conseil à l’Égalité entre les Femmes et les Hommes, 2016
[4] Manuel d’Écriture Inclusive : Faites progresser l’égalité femmes par votre manière d’écrire, Mots-Clés, mai 2017
[5] Remarques sur la langue françoise, utiles à ceux qui veulent bien parler et bien escrire, Claude Favre de Vaugelas, 1647, p. 273
[6] Liberté de la langue françoise dans sa pureté, Scipion Dupleix, 1651, p. 696
[7] Grammaire françoise, avec les règles de l’orthographe ; à la portée de toutes sortes de personnes de l’un & de l’autre sexe, Maurice Jacquier, 1741, p. 231
[8] Grammaire françoise, à la portée de tout le monde, dédiée à la Nation Angloise, J. M. Chatelain, 1815, p. 94
[9] Grammaire nationale, Louis-Nicolas Bescherelle, Henri Bescherelle et Litais de Gaux, 1854, p. 92-94
[10] Grammaire générale, ou exposition raisonnée des éléments nécessaires du langage, pour servir de fondement à l’étude de toutes les langues, Nicolas Beauzée, 1767, p. 358
[11] “DEBATE – Inclusive writing, what’s the point?”, Marinette – Femmes et féminisme (Youtube), déc. 2017
[12] The Language Instinct: The New Science of Language and Mind, Steven Pinker, 1994
[13] “Russian blues reveal effects of language on color discrimination”, Jonathan Winawer, Nathan Witthoft, Michael C. Frank, Lisa Wu, Alex R. Wade et Lera Boroditsky, Proceedings of the National Academy of Sciences, 2007
[14] “Whorf hypothesis is supported in the right visual field but not the left”, Aubrey L. Gilbert, Terry Regier, Paul Kay et Richard B. Ivry, Proceedings of the National Academy of Sciences, 2006
[15] “Differential Sensitivity to the Gender of a Person by English and Chinese Speakers”, Jenn-Yeu Chen et Jui-Ju Su, Journal of Psycholinguistic Research, 2011
[16] “Grammatical and conceptual forces in the attribution of gender by English and Spanish speakers”, Maria D. Sera, Christian A. Berge et Javier del Castillo Pintado, Cognitive Development, 1994
[17] “Can quirks of grammar affect the way you think? Grammatical gender and object concepts”, Webb Phillips, Annual Meeting of the Cognitive Science Society, 2003
[18] “Effects of Grammatical Gender on Object Description”, Arturs Semenuks, Webb Philips, Ioana Dalca, Cora Kim et Lera Boroditsky, Annual Meeting of the Cognitive Science Society, 2017
[19] “¿Qué? Quoi? Do Languages with Grammatical Gender Promote Sexist Attitudes?”, Benjamin D. Wasserman et Allyson J. Weseley, Sex Roles, 2009
[20] “Representation of the sexes in language”, Dagmar Stahlberg, Friederike Braun, Lisa Irmen et Sabine Sczesny, Social communication. A volume in the series Frontiers of Social Psychology, 2007
[21] “The Gendering of Language: A Comparison of Gender Equality in Countries with Gendered, Natural Gender, and Genderless Languages”, Jennifer L. Prewitt-Freilino, T. Andrew Caswell et Emmi K. Laakso, Sex Roles, 2012
[22] “Faites progresser l’égalité femmes · hommes par votre manière d’écrire”, Mots-Clés
[23] “Penguins don’t care, but women do: A social identity analysis of a Whorfian problem”, Fatemeh Khosroshahi, Language in Society, 1989
[24] “Sex bias in language use: « Neutral » pronouns that aren’t”, Janice Moulton, George M. Robinson et Cherin Elias, American Psychologist, 1978
[25] “Childrens understanding of sexist language”, Janet S. Hyde, Developmental Psychology, 1984
[26] “Generic pronouns and sexist language: The oxymoronic character of masculine generics”, John Gastil, Sex Roles, 1990
[27] “Generically intended, but specifically interpreted: When beauticians, musicians and mechanics are all men”, Pascal Gygax, Ute Gabriel, Oriane Sarrasin, Jane Oakhill et Alan Garnham, Language and Cognitive Processes, 2008
[28] “Gender Representation in Different Languages and Grammatical Marking on Pronouns: When Beauticians, Musicians, and Mechanics Remain Men”, Alan Garnham, Ute Gabriel, Oriane Sarrasin, Pascal Gygax et Jane Oakhill, Discourse Processes, 2012
[29] “Gender inferences: Grammatical features and their impact on the representation of gender in bilinguals”, Sayaka Sato, Pascal Gygax et Ute Gabriel, Bilingualism, 2013
[30] “Hen can do it: Effects of using a gender neutral pronoun in a recruitment situation”, Emma Bäck, Anna Lindqvist et Marie Gustafsson Sendén, 8th Nordic Conferences on Language and Gender, 2013
[31] “Sex-role related effects of sex bias in language”, John Briere et Cheryl Lanktree, Sex Roles, 1983
[32] “Impact de la féminisation lexicale des professions sur l’auto-efficacité des élèves : une remise en cause de l’universalisme masculin ?”, Armand Chatard, Serge Guimont et Delphine Martinot, L’année psychologique, 2005
[33] “J’ai testé pour vous : 6 mois d’écriture inclusive”, Licarion Rock (Youtube), 20 déc. 2017
[34] Circulaire du 21 novembre 2017 relative aux règles de féminisation et de rédaction des textes publiés au Journal officiel de la République française
[35] “Introducing a gender-neutral pronoun in a natural gender language: the influence of time on attitudes and behavior”, Marie Gustafsson Sendén, Emma Bäck et Anna Lindqvist, Frontiers in Psychology, 2015
[36] “Just Reading? How Gender-Fair Language Triggers Readers’ Use of Gender-Fair Forms”, Sara Koeser, Elisabeth Kuhn et Sabine Sczesny, Journal of Language and Social Psychology, 2014
[37] “L’écriture inclusive”, sondage Harris Interactive, 2017
[38] “10 trucs soulants autour de l’écriture inclusive – MLTP#20”, Linguisticae (Youtube), 2017
[39] “L’écriture inclusive, une option retenue dans la future norme volontaire sur le clavier français”, Afnor, 2017
[40] “Déclaration de l’Académie française sur l’écriture dite “inclusive””, Académie Française, 26 oct. 2017
[41] “Féminiser au point médian”, Romy Têtue
[42] “Ce film veut tuer 12 millions de français – BOM #31 ft. Vivre avec”, Licarion Rock (Youtube), 30 août 2017
[43] “Cognitive demands of gender-neutral language : the new genderless pronoun in the Swedish language and its effect on reading speed and memory”, Hellen Vergoossen, 2015
[44] “Féminisation et lourdeur de texte”, Pascal Gygax et Noelia Gesto, L’année psychologique, 2007
[45] “Les DYS… Dyslexies et autres troubles”, Dominique Crunelle, 2008
[46] “L’évolution de l’illettrisme en France – Janvier 2013”, Agence Nationale de Lutte Contre l’Illettrisme (ANLCI), 2013
[47] “Pour les générations les plus récentes, les difficultés des adultes diminuent à l’écrit, mais augmentent en calcul”, INSEE, 2012
[48] “PISA 2012 : Compétences des jeunes Romands Résultats de la cinquième enquête PISA auprès des élèves de fin de scolarité obligatoire”, Institut de recherche et de documentation pédagogique
[49] “Des faits et des chiffres”, Service de lutte contre la pauvreté, la précarité et l’exclusion sociale, 2017
[50] “Recommandations pour une écriture inclusive et accessible”, Légothèque, 2017
[51] “Langage clair : faites appel à Avec des Mots”, Avec des Mots
[52] “Parlez un langage compréhensible. Grâce à nous – et au langage clair”, Supertext
[53] “L’écriture inclusive, difficulté de plus pour les dyslexiques ?”, AFP, Le Point, 28 oct. 2017
[54] “Communiqué de presse : Les Aveugles de France disent « non au mélange des genres »”, Fédération des aveugles et amblyopes de France, 20 novembre 2017
[55] “Mon propre guide d’écriture inclusive”, Boris Schapira, 2017
Sur le sujet

18 pensées sur “L’écriture inclusive : parlons faits et science”

  1. « Dans l’ensemble, ces résultats semblent bien montrer que le masculin comme genre neutre n’est dans la pratique pas perçu comme si mixte que ça, et que dans une société où les stéréotypes de genre perdurent, même les termes épicènes communs génèrent des perceptions pas si équitables. »

    Est-ce que justement, plus qu’une question de langage, ce n’est pas une question de perception à changer avant tout ?

    Je trouve les termes épicènes importants et la féminisation des termes ne me pose pas de problèmes aucun. Je regrette beaucoup que l’écriture inclusive sur ces deux points soit déjà l’objet de tant de reproches.

    Après, un des points que je reproche dans la démarche de l’écriture inclusive est l’insistance sur la fragmentation par les différences. On tend vers un morcellement qui divise en tenant compte de la différence (et qui fait le jeu justement de certaines critiques qui s’engouffrent là-dedans).

    Je regrette qu’on n’ai pas pu ou su réfléchir sur quelque chose qui serait plus proche d’un véritable neutre ou d’une forme comme le duel de certaines langues qui inclut l’idée par exemple de pair avec ou sans différence et sans faire une valorisation d’un genre sur l’autre.

    Peut-être que l’écriture inclusive va devoir évoluer encore pour parvenir à être plus pertinente et surtout mieux acceptée ?

    1. Au vu des résultats et de l’existence du masculin comme genre neutre, il paraît difficile de juste changer la perception pour lutter contre le biais masculin dans la perception du masculin grammatical. C’est envisageable dans un langage plus épicène comme l’anglais, mais plus incertain pour le français. Licarion le souligne dans son retour d’expérience : dès qu’il y a un homme dans un groupe, on peut cesser de s’interroger sur la présence des femmes pour parler correctement d’un point de vue grammatical. De plus, le masculin désigne déjà les hommes, et compte tenu des résultats liés à l’hypothèse Sapir-Whorf, on s’attend à un inévitable débordement. D’ailleurs, les résultats de Sato et al. 2013 sur l’influence de sie en allemand vont dans ce ce sens.

      Pour la fragmentation systématique, je suis assez d’accord. C’est aussi une des raisons qui justifient de ne pas employer du langage inclusif partout, mais là où ça peut compter. C’est aussi pour ça que je suis d’avis de mettre l’accent sur iel sans forcément systématiquement indiquer les deux genres via les noms communs. De même, je n’accorde pas forcément de façon “mixte” les adjectifs quand j’ai déjà marqué la mixité dans les noms.

      Le véritable neutre est une voie toujours envisagée il me semble. C’est celle prise en espagnol (avec les terminaison en @ plutôt que o ou a), et en allemand (avec des terminaisons en Innen pour le pluriel mixte). En français, certains noms permettent déjà une certaine neutralisation assez directe (acteurice), mais pas tous. Néanmoins, il existe des difficultés notoires à l’établissement d’un neutre : l’inertie voire le mur qu’implique un changement plus profond de la langue (on ne se contente pas de créer une abréviation, mais d’ajouter une terminaison et un genre), et une distanciation accrue avec les pratiques linguistiques des textes hérités. Mais effectivement, il me semble qu’à terme, une évolution dans ce sens puisse être préférable aux points médians.

      1. Ne faut-il pas en conclure que si l’on tient à ne pas discriminer selon le sexe, il faut tout simplement éviter les langues qui le font par le genre, à commencer par les langues latines ? En anglais, allemand, danois, norvégien, suédois ou néerlandais, je peux écrire et parler des heures durant sans, si j’ose dire, dévoiler mon sexe ; en français, je ne peux même pas écrire que je me suis réveillé sans indiquer par là que je ne me suis pas réveillée. Les enfants qui ont une langue latine pour langue maternelle sont genrés dès la naissance : ils sont mignons ou elles sont mignonnes, et ce n’est pas pareil. On pourra toujours dire qu’elles et ils sont égales et égaux en droits et en dignité, mais ils n’en sont pas moins séparés d’elles, et elles séparées d’eux, comme s’il s’agissait de deux espèces ; c’est bien la peine, je trouve, de bannir le mot « race » quand le genre clive bien davantage.

        1. En tant qu’idéal à très long terme, pourquoi pas  Mais pour ce qui est de l’impact sur les inégalités de genre, les données ci présentées montre qu’aujourd’hui, mentionner explicitement les hommes et les femmes (plutôt que d’employer des termes neutres) est plus efficace. Par ailleurs, d’un point de vue pratique, un changement total de la langue est de sa grammaire est difficilement envisageable.

  2. Bonjour, d’abord merci pour ce travail de décryptage.
    Ensuite quelques remarques:

    – Je n’ai jamais vu l’expression « non-anglophones de naissance », est-ce courant ? Parce qu’il me ne semble pas que le langage soit génétique.
    – Le concept de Global Gender Gap n’est pas présenté, cela rend difficile la compréhension du paragraphe (« de moins bon résultats », « en l’absence d’indications de genre (avec un langage genré) »).

    1. La langue « de naissance » est un concept assez couramment utilisé. Il l’est dans l’étude citée, ainsi que dans des formulaires divers. Évidemment, il ne veut pas réellement dire « de naissance » (ce n’est effectivement évidemment pas génétique), mais cela désigne la première langue apprise et maîtrisée, au sein du cercle familial (pas nécessairement la famille biologique, d’ailleurs).

      Pour le Global Gender Gap, vous trouverez plus d’informations sur Wikipedia (en anglais, navré). En gros, quand je dis « de moins bon résultats », cela signifie que les scores des pays correspondraient à plus de sexisme.

  3. L’article est vraiment scientifique et super intéressant mais au niveau des sources il faut pas citer Romain comme un linguiste, il a tout juste passé une année en sciences du langage donc n’est pas docteur en linguistique et même lui ne se revendique pas comme linguiste, c’est simplement un passionné de linguistique et ça a rien à voir mais langage c’est un anglicisme ça veut absolument pas dire langue, idiolecte, écriture ou parole contrairement à comment l’auteurice l’utilise, le langage est une capacité linguistique donc ça veut un peu rien dire un langage inclusif
    Désolée de citer que des points négatifs mais c’est dur de relever tout ce qui est génial j’ai pas toute une semaine pour le faire de toute façon mais merci à l’auteurice d’amener un peu de sciences du langage dans ce débat qui vire à la crise hystérique de guerres d’opinions

  4. Les comparaisons employées sont vraiment géniales pour l’argumentation !

    Le seul truc qui me gène avec le point médian, c’est que j’ai tendance à ne pas le voir dans un premier temps et je lis le mot d’une traite comme si il s’agissait du mot féminin, puis, je me rend compte de l’existence du point et je relis le mot. ^^

    Bizarrement, je n’ai pas le souvenir que ça me le fasse avec le point normal…

    1. « Le seul truc qui me gène avec le point médian, c’est que j’ai tendance à ne pas le voir dans un premier temps » ← En fait, c’est un peu pour ça qu’on a choisi le point médian : c’est l’un des caractères les plus discrets pour faire ça. Les parenthèses montent haut et descendent bas, les points bas créent un décrochement entre les lettres, et les traits d’unions sont un peu larges. Le point médian est le caractère qui assure le mieux le gris typographique.
      D’un autre côté, si, en virant/ignorant les points médians, on se retrouve avec du féminin par défaut… bah ç’n’est pas forcément grave 🙂

  5. Je voudrais insister sur un point que personne ne semble relever. Je précise d’abord que je ne suis pas contre l’évolution de la langue, je suis assez pour la réforme de l’orthographe de 1990 par exemple. Dire les « droits humains » au lieu de droits de l’Homme, pourquoi pas, même si l’expression a un peu moins de force avec un adjectif je trouve. La règle « le masculin l’emporte… » sonne un peu maladroite de nos jours, mais il suffit de la formuler différemment, pas besoin de la supprimer !
    Non par contre ce qui me semble très problématique, c’est qu’on défend une logique qui conduit à renforcer une chose qu’on prétend pourtant vouloir combattre. Je m’explique : quand on écrit/dit par exemple « les étudiants » en français classique, cela signifie « les personnes qui font des études », quel que soit leur genre ou autre. Or ce que nous disent les défenseurs du français « inclusif », c’est que comme la forme de ce pluriel général se confond avec le pluriel masculin, que ce soit à l’écrit ou à l’oral, les gens auraient tendance à le penser comme un pluriel masculin plus que comme un pluriel neutre, général. Il faut donc trouver des moyens pour insister sur le fait que cette forme ne fait pas référence qu’à des personnes masculines.
    Jusque-là je suis en fait assez d’accord. Là où le bât blesse, c’est que la solution promue de rajouter la forme féminine à côté (les étudiants et les étudiantes, ou les autres variantes compressées) consiste à dire que les femmes sont absentes de la formulation classique, et donc que cette dernière (les étudiants) ne contient en fait que les hommes. Ce qui est exactement ce contre quoi on voulait lutter !
    L’autre problème de cette approche est qu’on renforce totalement la binarité qui n’est pas présente à la base. En effet en français standard, « les étudiants » désigne les personnes qui font des études quel que soit leur genre, comme je disais, c’est-à-dire qu’elles soient hommes (soulignez les 3 derniers mots), femmes, trans, bigenre, agenre, xénogenre, etc (liste non exhaustive). Avec la formulation « inclusive », on dit : non cela ne va pas, comme cela on ne parle que des hommes, on doit rajouter les femmes pour être « inclusif ». Sauf que tous les autres s’en retrouvent exclus ! Très moyen comme inclusivité…
    Enfin je rajoute que de toute façon de nombreux mots ne sont pas « inclusivables » (si je puis dire) : les personnes, les artistes, les journalistes, les philosophes… on a donc toujours besoin d’avoir un discours qui explique qu’il s’agit d’une forme générique qui ne spécifie pas le genre des gens dont on parle. Et donc la vraie solution c’est de faire de la pédagogie et surtout de faire en sorte que dans la vie réelle la diversité puisse exister parmi ces différentes professions. Mais évidemment cela sera un peu plus compliqué que de rajouter des lettres « e » dans ses écrits pour se donner une bonne conscience féministe à peu de frais…

    1. Vous soulignez, comme d’autres avant vous, que la mention explicite et systématique des femmes marquerait in fine une scission entre d’une part les hommes et d’autre part les femmes, et que de surcroît la formulation usuelle au masculin pluriel exclurait alors les femmes. C’est vrai, mais uniquement si cette la pratique devient systématique dans la langue, s’élevant comme une règle grammaticale. La remarque est pertinente. Si elle n’a pas trouvé sa place dans mon article déjà long, c’est simplement parce qu’au final il ne défend explicitement pas une systématisation de la mention explicite des femmes.

      Pour ce qui est en revanche d’affirmer que « la vraie solution, c’est de faire de la pédagogie », cela me semble par contre présomptueux et fallacieux (sans vous accuser vous-même d’être présomptueux ou sophiste : je parle plutôt d’erreur de raisonnement selon moi). Présomptueux d’abord, parce que rien n’indique qu’un acte d’éducation soit efficace pour ancrer l’habitude de ne pas se laisser avoir par le biais masculin engendré par le masculin comme genre neutre ou mixte. Au contraire, les études mentionnées dans cet article semblent indiquer le contraire : tandis que l’on trouve bien chez les anglophones des impacts dominants des stéréotypes de genre et donc de l’éducation et de l’environnement socio-culturel des individus, chez les francophones et germanophones on observe un impact du genre grammatical prédominant sur l’impact des stéréotypes. Il s’agirait alors d’éduquer non seulement contre les stéréotypes mais aussi sur les impacts de la langue elle-même, enseigner une gymnastique mentale qui pousse à envisager la présence de femmes plus que ce que l’on ferait maintenant où l’on sait pourtant bien que le masculin est mixte. Rien n’indique que ce soit implémentable et efficace en pratique. Fallacieux, parce que cela peut venir s’ajouter à la mention explicite des femmes lorsque cela peut compter et est faisable : ces deux actions ne sont pas mutuellement exclusives. Oui, ce que propose la langue inclusive n’est pas une solution parfaite applicable en tout point ;oui, il convient d’éduquer sur la perception des genres ; on peut faire les deux pour, probablement, plus d’efficacité.

      Je noterai enfin que le langage inclusif apporte plus que de « se donner une bonne conscience féministe à peu de frais ». Déjà, il y a les effets mentionnés dans l’article. Il s’agit par exemple de rappeler par exemple que les chercheurs sont aussi des chercheuses, et d’ainsi influer sur les stéréotypes de genre en présence et leur impact. Ensuite, vous pouvez bien prétendre qu’une éducation adaptée serait plus efficace, il reste une notion de contrôle. Si un ou une journaliste parle de chercheurs ou d’avocats, elle ne peut pas savoir si chacune de ses lectrices est éduquée à y voir aussi des femmes. Elle peut même supposer que ce n’est pas le cas pour au moins une proportion des lectrices. Ces lectrices, elle ne va pas non plus les éduquer, elle ne le peut pas. En revanche, ce qu’elle peut faire, c’est mentionner aussi explicitement les chercheuses ou les avocates, pour s’assurer qu’indépendamment de leurs habitudes cognitives, les lectrices envisagent aussi ces femmes.

    2. « En effet en français standard, « les étudiants » désigne les personnes qui font des études quel que soit leur genre » ← Ça, je n’en suis pas sûr, en ce qui me concerne.
      Du moins, je ne crois pas que ça ait été par volonté de mettre les femmes à l’écart que nos politiques ont, longtemps avant que les problématiques de l’écriture inclusive n’aient leur visibilité actuelle, pris l’habitude de débuter leurs discours par des « Françaises, Français », ou autres « Travailleurs, travailleuses ».
      La règle du « masculin qui l’emporte » est une règle d’accord : elle pose que l’adjectif qui qualifie plusieurs noms dont au moins un est masculin sera au masculin. Mais pour ce qui est des noms eux-mêmes, même si l’usage a une tendance englobante, je ne crois pas que les règles strictes spécifient ça. Je n’ai pas de source sous la main, là comme ça, donc je peux me tromper 🙂

      Pour le cas particulier d’« étudiant » au singulier, on note en remontant un peu dans les dictionnaires que l’usage a évolué. Ainsi, dans le Littré, il s’agit de « celui qui étudie », tandis que, dans le 8ème dictionnaire de l’Académie, c’est devenu « celui, celle qui ».
      Ça renvoie sans doute spécifiquement à l’histoire de ce mot-là en particulier, puisque, à l’époque où les étudiants étaient à peu près exclusivement de genre masculin, « étudiante » existait mais avec un autre sens (voir de nouveau dans le Littré).
      De manière assez amusante, on constate qu’entre la 4e et la 8e édition du dictionnaire de l’Académie (les versions intermédiaires ne sont malheureusement pas sur le site du CNRTL), l’exemple d’usage au pluriel est passé de « étudians » (soit il s’agit d’une faute de frappe, soit le pluriel perdait son t à l’époque) à « étudiantes », au féminin.

      Références :
      https://www.littre.org/definition/%C3%A9tudiant
      http://www.cnrtl.fr/definition/academie4/%C3%A9tudiant
      http://www.cnrtl.fr/definition/academie8/%C3%A9tudiant

  6. Bonjour. Excellent article, bien documenté sur les études sociolinguistiques explorant le rapport langue/pensée. Le genre neutre avec des marqueurs grammaticaux spécifiques est désormais attesté et étudié : https://www.alpheratz.fr/linguistique/genre-neutre/

    [Edit: Je complète mon message précédent: le genre neutre en français est désormais attesté, étudié et publié (par le CNRS et quelques maisons d’édition française).]

  7. Merci pour ceci Juste une remarque de forme: devant un article aussi riche et long, un sommaire avec hyperliens vers les parties aurait été très utile pour retrouver rapidement telle ou telle information.

    1. Merci. Dès que j’ai le temps (luxe que je n’ai pas pour l’heure), j’ajoute ça dans un menu déroulant en haut de l’article, avec une courte description du contenu de chaque section. 🙂

  8. Je suis vraiment bluffé, l’article est complet, bien écrit, les différentes points de discordes sont abordés et l’ensemble est très richement documenté et sourcé, c’est du travail de haut niveau. Merci pour tout, j’ai pris grand plaisir à lire l’article et le partagerai aux personnes qui pourraient être interessées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *