Liens : Critiquer un site sans le soutenir

VO/VF

Search engine optimization (SEO) plays a key role in the battle between skeptics and alternative medicine.

L’optimisation pour les moteurs de recherche (SEO, Search Engine Optimization) joue une rôle clé dans le combat opposant les sceptiques et les médecines alternatives.

Tim Farley

Quelle différence entre mes liens vers La Menace Théoriste et Esprit Science Metaphysiques ? Le premier promeut un excellent blog, le second se passe d’améliorer la visibilité d’une dangereuse machine à clics.

Que l’on tienne un blog ou que l’on échange sur Facebook, fournir des liens vers les propos que l’on critique est une nécessité dans les discussions sceptiques. Ils permettent au lecteur de comprendre de quoi l’on parle, ils offrent la possibilité de vérifier que les propos en question ne sont pas caricaturés, ils montrent que l’on n’est en rien effrayé par ceux à qui l’on s’oppose. Malheureusement, cela a aussi pour effet de booster ces pages web que l’on voudrait justement voir disparaître du paysage internet. Elles apparaissent plus haut dans les moteurs de recherches, plus fréquemment sur Facebook… De tels liens peuvent même affecter négativement le classement de votre blog ou site sur Google !

Dans son excellent blog, Skeptools, Tim Farley fournit deux solutions pour contourner ce problème. Je les reprends ici pour les sceptiques francophones.

J’invite le lecteur ne tenant pas de site ou de blog à sauter la première section. Le lecteur pressé pourra même s’en tenir au menu déroulant suivant :

Pour les pressés…
  • Pour un blog ou pour un site :
    Ajouter l’attribut rel="nofollow noreferrer" à ses liens (balises <a>, <link>).
  • Sur les réseaux sociaux :
    Utiliser : http://rbutr.com/http://mauvais-site.fr
    ou : http://www.donotlink.com/http://mauvais-site.fr
    (selon ce qui fonctionne).

rel="nofollow", pour les créateurs de contenu

L’attribut rel="nofollow", pour les balises html <a> et <link> (liens hypertexte), a été créé pour éviter les spams visant à améliorer la visibilité d’une page en gonflant artificiellement le nombre de lien y référant. Il est ainsi utilisé par défaut sur YouTube, Facebook, Wikipédia, … et dans la plupart des forums et sections commentaires des sites et blogs. Les spécifications HTML5 le décrivent ainsi :

VO/VF

rel="nofollow" Indicates to search engine crawlers and other robots that they should not follow the link to the referenced resource and process the document there. This can be used to indicate that the linked document should not be considered to be a recommended resource when determining the search engine rank for the linked page. This may help the page where the link appears from being penalized for “recommending” less desirable pages, such as for links to an affiliate site.

rel="nofollow" indique aux robots d’indexation des moteurs de recherche qu’ils ne devraient pas suivre le lien vers la source référencée et y traiter le document. Cela peut être utilisé pour indiquer que le document fourni en lien ne devrait pas être considéré comme une ressource recommandée lorsque le moteur de recherche établit le rang de la page adressée. Cela peut aussi permettre à la page où le lien apparaît de ne pas être pénalisée parce qu’elle “recommande” des pages moins désirables, ou parce qu’elle fournit des liens vers un site affilié.

La recette est donc simple (en gris les éléments à remplacer), et le lecteur pourra vérifier qu’elle a bien été appliquée en introduction de cet article (clic droit → “Inspecter l’élément”) :

  • Pour un site que l’on soutient :
    <a href="http://url.fr/" title="Un bon site">Cliquer ici</a>
  • Pour un site que l’on ne soutient pas :
    <a href="http://url.fr/" title="Un mauvais site" rel="nofollow noreferrer">Pas là</a>

On aura éventuellement remarqué deux éléments supplémentaires. Le premier, title, est un petit plus bien pratique pour le lecteur : il permet d’afficher un court descriptif du lien (typiquement le titre de la page) lorsque les curseur est au-dessus. Le second, norefferer, est une manœuvre préventive conseillée par Tim Farley. Lorsque l’on clique sur un lien, des informations sur le site de départ son fournies au site d’arrivée. Le but est de permettre aux webmasters d’analyser l’origine des visites. Toutefois, certains responsables de sites peusoscientifiques ou autres peuvent chercher à utiliser ces informations pour bloquer l’arrivée de sceptiques sur leurs pages. C’est notamment ce qu’a tenté de faire Vani Hari, aka The Food Babe. L’utilisation de rel="norefferer" permet de contrecarrer de telles stratégies en bloquant l’envoi les informations en question.

RbutR et DoNotLink, pour les réseaux sociaux

On ne peut que “aimer” sur Facebook.

Sur Facebook typiquement, le problème est différent. Tout ce qui y est fait (liker, partager, commenter) affecte la visibilité des liens sur le réseau social. Par ailleurs, les nombres de likes et partages affichés sur quantité de pages web peuvent augmenter leur impact (vive l’ad populum) et favoriser leur partage. Sur Facebook, que l’on soutienne une page ou qu’on la critique ne change rien : on la booste. Comme le titre Tim Farley, “les robots ne comprennent pas le sarcasme.”

L’ampleur du problème est même pire que ce que l’on pourrait imaginer. Par exemple, vous êtes-vous déjà demandé ce que représentait le nombre associé aux boutons de partage Facebook ? Le nombre de partage ? De likes et de partages ? La FAQ de Facebook concernant ses social plugins nous éclaire :

VO/VF

The number shown is the sum of:
+ The number of likes of your URL
+ The number of shares of your URL (this includes copy/pasting a link back to Facebook)
The number of likes and comments on stories on Facebook about your URL.

Ce nombre est la somme de :
+ Le nombre de likes de votre URL
+ Le nombre de partages de votre URL (cela inclut les copiés/collés du lien sur Facebook)
Le nombre de likes et de commentaires sur les histoires sur Facebook concernant votre URL.

Chaque commentaire, chaque like, même lorsqu’il s’agit de critiquer un lien, est compté positivement !

La solution, fournie par Skeptools, est d’utiliser donotlink. Ce service permet en effet d’obtenir un lien pointant vers un serveur intermédiaire qui redirigera l’utilisateur vers le site cible. Deux possibilités s’offrent alors à l’utilisateur. La première : aller sur www.donotlink.com, entrer l’URL de destination (typiquement “http://www.espritsciencemetaphysiques.fr”), et obtenir une nouvelle URL à utiliser (“http://www.donotlink.com/…”). La seconde, préférable parce qu’elle fournit un lien plus explicite : ajouter l’URL de destination (avec ou sans le “http://www.”) à la suite de “http://www.donotlink.com/” : “http://www.donotlink.com/espritsciencemetaphysiques.fr”. Malheureusement, Facebook n’affiche pas (pour l’instant ?) de miniature pour de tels liens.

Une alternative, ne présentant pas ce défaut, est d’utiliser rbutr. Comme avec donotlink, il suffit d’ajouter “http://rbutr.com/” au début de l’URL cible : “http://rbutr.com/http://www.amazon.com/Helios-Homeopathic-Accident-Emergency-Kit/dp/B00520I9D8”. Un autre avantage, par rapport à donotlink, est que cela permet de bénéficier des fonctionnalités de rbutr (aussi accessibles en installant le plugin Chrome, Firefox ou Opera) : en haut de la page sont listées d’autres pages web qui la réfute et/ou qu’elle réfute. Ces listes sont produites par les utilisateurs du service, et j’invite donc le lecteur à participer et promouvoir ce projet pour que l’internet francophone puisse en profiter — mais c’est un autre sujet. Toutefois, rbutr a aussi ses défauts. D’une part, la redirection n’étant pas totale (contrairement à avec donotlink), certains plugins utilisés par les sites cibles peuvent ne pas fonctionner. D’autre part, il semble que certains sites soient parvenus à se prémunir contre rbutr : à l’heure où j’écris ces lignes, il est impossible d’accéder à mon exemple de départ (espritsciencemetaphysiques.fr) via rbutr.

Précisons au passage que les réducteurs d’URL standards (comme TinyURL) ne permettent pas de ne pas accroître la visibilité du site cible. Ces liens sont en effet suivis par les robots d’indexation.

Pour résumer

  • Pour un blog ou pour un site :
    Ajouter l’attribut rel="nofollow noreferrer" à ses liens (balises <a>, <link>).
  • Sur les réseaux sociaux :
    Utiliser : http://rbutr.com/http://mauvais-site.fr
    ou : http://www.donotlink.com/http://mauvais-site.fr
    (selon ce qui fonctionne).

1 pensée sur “Liens : Critiquer un site sans le soutenir”

  1. Bonjour,
    Dès ma première lecture, j’avais vraiment aimé cet article dont je me suis inspiré et partagé maintes fois (sans passer par donotlink ou autre, bien sur ^^).
    Or, depuis quelques mois, donotlink ne génère plus de lien sans trafic-retour vers les sites dont on ne veut pas faire la promotion. J’aimerais savoir si les infos de votre article sont toujours valables depuis que vous l’avez publié car je n’ai aucun moyen de vérifier que http://www.donotlink.com/http://mauvais-site.fr ne transfère effectivement pas de données aux robots des moteurs de recherche.
    Merci beaucoup pour votre réponse qui me sera très utile car je n’ai rien trouvé sur le net en réponse à cette question cruciale pour moi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *